Masque
Accueil
Accueil

Députée de Maine-et-Loire
Membre de la Commission des Finances


Mon intervention à la tribune pour la clôture des comptes

Publié le mercredi 21 novembre 2018

Notre majorité fait le choix de la rigueur budgétaire

L’examen du Projet de Loi de Finances Rectificatives pour 2018 vise à assurer la fin de gestion annuelle en corrigeant à la hausse ou à la baisse les dépenses et recettes prévues en début d’exercice

Il me paraît important de souligner que, depuis de nombreuses années, ce projet de loi était souvent et à tort, abordé comme une « loi de rattrapage » au projet de loi de finances initiale. De nombreuses dispositions fiscales nouvelles étaient insérées par le Gouvernement dans le texte, sans avoir été approuvées au préalable par le Parlement

Cette année, l’exécutif a fait preuve de rigueur et nous a présenté un texte conforme aux règles budgétaires de notre République. Le Parlement est resté maître, tout au long de l’année écoulée, des principales dispositions fiscales et mesures financières.

Nous avons une responsabilité essentielle

Après la sortie de la France de la procédure pour déficit public excessif, ce texte s’inscrit pleinement dans la démarche de remise en ordre des comptes publics à laquelle s’est engagée notre majorité.

Redresser les finances publiques, soutenir l’économie et le travail, accélérer notre transition énergétique, réformer et pérenniser notre modèle social de solidarité… Nous devons relever ces défis afin d’éviter le repli sur soi, le rejet de l’autre, et la loi du plus fort.

Pour ce faire, nous, parlementaires, avons une responsabilité essentielle dans nos actes, nos décisions et nos propos. J’ai par conséquent été scandalisée par un Tweet du Président de la Commission des finances, Eric WOERTH, qui, sur la base d’informations mensongères, attise les peurs et divise les Français, tout en stigmatisant les demandeurs d’asile.

Certes, l’Aide aux Demandeurs d’Asile augmentera de 1,6 % en raison de son indexation sur l’inflation. Mais c’est aussi le cas du RSA, par exemple. En parallèle, l’AAH augmentera de 4,7 % dès 2019 en raison de sa revalorisation exceptionnelle. La prime d’activité bénéficie, elle aussi, d’une hausse sans précédent (+ 20 euros en novembre 2018, et + 30 euros en juin 2019).

Nous devons faire preuve de responsabilité, et d’honnêteté. C’est pour cela qu’il m’est apparu important de souligner mon désaccord à la tribune de l’hémicycle.

Partager :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter